Avec Marina De Juli

J’ai rencontré Marina De Juli dans le village où elle réside, Cuasso al Monte, dans la province de Varese, le 2 mai 2011. L’entretien a eu lieu devant le petit théâtre qu’elle y gère.

Laetitia Dumont-Lewi – Je voudrais qu’on parle de ton travail avec Dario Fo et Franca Rame, et de ton travail comme interprète de leurs œuvres, en soliste. Si tu veux bien, on peut commencer par le travail avec eux.

Marina De Juli – D’accord, je te raconte un peu. Je ne les connaissais pas plus que ça comme acteurs. J’avais vu des choses à la télévision, mais je ne les avais jamais vus au théâtre, par exemple. J’avais fait un casting pour eux, quand j’étais encore dans mon école, pour Il papa e la strega, mais ils cherchaient des actrices plus âgées que moi. Mais ils avaient conservé mon CV et ils m’ont rappelée quelques années plus tard pour Parliamo di donne. C’est avec ce casting que je suis entrée dans la compagnie. Ensuite, en réalité, au cours de la première tournée, ça m’a permis de me poser, et de comprendre un peu mieux leur théâtre. Ils me fascinaient beaucoup comme acteurs, mais aussi, surtout, pour leur façon de concevoir le théâtre, un théâtre social. Je voyais surtout Franca qui travaillait toute la journée comme une bête pour organiser des campagnes, politiques, sociales… Ils croient jusqu’au bout à ce qu’ils présentent sur scène, et ce qu’ils disent sur scène n’est rien d’autre que leur pensée. Donc je me suis arrêtée dans leur compagnie et j’ai commencé à faire un peu de tout. Je venais d’un théâtre classique, où le rôle de l’acteur est le rôle de l’acteur, et où on conçoit l’acteur comme quelqu’un qui approfondit le texte en cherchant à comprendre ce qu’il veut dire, pour ensuite chercher à y mettre sa personnalité. Avec eux, au contraire, ça a été un travail d’artisanat. On passait les journées à travailler sur le texte, à l’écrire, à le corriger, et puis à dessiner les croquis des décors, ou plus que des croquis : Dario est peintre, donc il dessinait vraiment l’histoire, au fur à mesure qu’il avançait, avec les peintures qu’il utilise maintenant comme projections derrière lui mais qu’à l’époque il utilisait seulement pour prendre des notes. Et puis aller voir la réalisation des décors, bref un travail qui allait de A à Z. Et cela m’avait beaucoup fascinée, et puis je me suis arrêtée avec eux. J’ai vécu avec eux, parce que je n’avais pas de logement à Milan, et puis en été en général ils sont à Cesenatico. Donc on était ensemble dans la même maison, à Milan, bien entendu en tournée, et puis à Cesenatico. On alternait le travail d’acteur avec le travail qu’il y a derrière une compagnie théâtrale.

LDL – Qu’est-ce que tu faisais exactement ?

MDJ – La première année, en 1991, pour Parliamo di donne, j’étais seulement actrice. C’était ma première compagnie importante, jusqu’alors j’étais sortie de mon école, puis j’avais passé deux-trois ans dans des petites compagnies. Ça a un peu changé ma vie, parce qu’en fin de compte ça m’a déracinée de cette situation où j’étais, entre Varese et Milan, pour m’emporter dans des tournées qui duraient six ou sept mois. Ce que je faisais, c’était me lever le matin, suivre Dario ou Franca dans l’écriture des différents textes, les écrire ensemble, dans le sens matériel, les taper, les corriger, et puis lui justement faisait des dessins, aller voir ce qui se passait avec les décors, vendre les spectacles, aussi, donc un peu de tout, tout ce qu’il est possible de faire au sein de la compagnie. Et puis, quand j’étais avec eux pendant cette période, ils n’avaient pas un groupe très nombreux avec eux, donc ceux qui étaient là faisaient vraiment tout ce qu’ils pouvaient faire, c’est-à-dire qu’on travaillait 18 heures par jour. Mais ça m’a servi de terrain d’entraînement. Ce travail se faisait en tournée aussi : de la première à la dernière représentation, le texte est corrigé continuellement, d’un côté parce que la machine théâtrale doit se créer sur le public au fur et à mesure qu’on le joue, d’un autre côté parce que comme leurs textes sont surtout liés à l’actualité ou à la politique, à chaque fois qu’il se passait quelque chose, c’est-à-dire tous les jours, il fallait réécrire des morceaux entiers, ajouter, couper, etc. Et du coup, on montait sur scène sans bien savoir si le texte était vraiment celui-là, parce qu’en plus, de temps en temps, Dario en particulier, mais Franca aussi, se mettaient à improviser et là, il fallait chercher à comprendre où on en était, ce qu’il fallait faire.

LDL – Mais est-ce que tu avais la possibilité d’improviser toi aussi ?

MDJ – Relativement. Quand on travaille avec eux, ils sont absolument prédominants. Bah, c’est normal que ça se passe comme ça. Un peu parce que, pour commencer, les textes sont écrits de cette façon, au sens où il y a toujours un ou deux protagonistes, et les autres sont des garnitures, en réalité. Et un peu parce que c’est impossible. On ne peut faire que de toutes petites choses. Disons surtout que c’est une grande école, où on observe, mais il est difficile d’improviser dans leurs comédies, en particulier s’ils jouent dedans.

Si les mêmes rôles sont joués par d’autres acteurs, le public est prédisposé autrement, tandis qu’eux sont de vrais bêtes de scène, et le public les reconnaît comme tels, et donc c’est eux qu’il suit. Après, tout ce qu’il y a autour est fonctionnel à l’histoire, mais n’a pas d’autonomie, voilà la vérité. Au-delà des spectacles que j’ai faits avec eux, pour moi ça a été un peu difficile d’aller vers d’autres textes après avoir testé les leurs. Dans le sens qu’ils ont une grande force théâtrale, due au fait que ça a été expérimenté pendant cent, deux cents représentations, tu comprends ? Tandis que d’autres textes peuvent être beaux, mais sentent le littéraire, on sent qu’ils ont été écrits un point c’est tout, et ils ont besoin d’une mise en scène particulière. Et de fait ça m’a poussée ensuite à écrire des textes à moi, parce que je n’arrivais pas à trouver cette immédiateté dans le rire, tout en ayant un contenu fort de dénonciation. En particulier je suis beaucoup allée vers le théâtre de la jonglerie, dans mes propres écrits aussi : j’ai écrit une réinvention du voyage de Marco Polo, où la protagoniste est une femme de Vénétie, et le langage utilisé est celui de la jonglerie. Bref, ça a été surtout une grande école, qui a duré de 1991 à 1999. Ensuite on est restés en contact, mais ils ont un peu diminué leur activité, et le tout se limitait un peu à accomplir des activités secondaires plutôt que celle d’acteur, et il est clair qu’un acteur doit avoir la possibilité de s’exprimer… Petit à petit, par la suite, j’ai continué avec des spectacles, surtout des monologues, et surtout les leurs. J’ai fini par monter Tutta casa, letto e chiesa, dans une mise en scène de Franca. Il y a eu de petits ajouts par rapport à leur texte, mais c’est un texte qui est déjà plus que rodé… Ensuite, je suis passée à Ho visto un re, qui est tiré de Mistero buffo, où j’ai inséré une première jonglerie que j’ai écrite moi-même. Et puis Dario m’a donné l’autorisation, plutôt c’est lui qui me l’a suggéré, de réinventer Johan Padan au féminin. Et ça a été une très bonne expérience, il y a eu de très bonnes critiques sur cette vision un peu plus féministe de Johan Padan, par rapport au Johan Padan au masculin, je l’ai pas mal fait tourner. Et puis ensuite, à partir de là, ce sont mes textes à moi. Ça s’est fait progressivement, ça n’a pas été immédiat.



Citer ce billet
Laetitia Dumont-Lewi (2021, 9 février). Avec Marina De Juli. Recherches sur Dario Fo et Franca Rame. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ngwk