Avec Franca Rame

Milan, 28 mai 2011

Après l’entretien avec Dario Fo, j’ai déjeuné avec le couple, et Dario Fo a dit à son épouse que je devais parler avec elle aussi. Jai donc pu lui poser des questions tandis que Dario faisait la sieste, questions improvisées puisque cet entretien n’avait pas été prévu.

Laetitia Dumont-Lewi – Je voudrais que vous me donniez des informations pratiques sur la création des spectacles : comment se répartissent les tâches entre vous, combien de temps faut-il pour monter un spectacle, etc.

Franca Rame – Disons que préparer un texte théâtral, ce n’est pas comme écrire un roman, ce n’est pas comme préparer un roman pour l’édition. Un texte de théâtre a besoin des indications, de la scénographie, s’il y a un meuble qui doit s’ouvrir je mets un dessin, avec Dario Fo qui fait tout ce que je lui demande. C’est un gros travail, parce que Dario écrit un texte et ensuite il n’y touche plus. Alors il faut le mettre à jour. Quand je dois publier un texte, ce qui est compliqué, c’est qu’il y a les improvisations, qui peuvent naître pendant les répétitions, mais qui naissent plus facilement en représentation. Donc, dans mes archives, par exemple pour Clacson, il y a des bouts de texte imprimé avec les répliques ajoutées à la main, tu as vu ça ?

LDL – Oui oui.

FR – Alors pas la peine que je m’attarde là-dessus. Moi, je prends les trois derniers soirs, j’écoute le texte soir après soir, et ensuite le texte part chez l’éditeur.

LDL – Donc les textes qu’on a en main sont un mélange de plusieurs représentations.

FR – Oui, pour n’importe quel spectacle, je mets le texte à jour avec les trois dernières représentations. Mais de toute façon, quand je joue une comédie ou un monologue, j’ai l’habitude d’aller tous les soirs au théâtre à six heures. Tous les soirs je fais un enregistrement audio du spectacle, et avant le spectacle, à six heures, je me le passe, et je note déjà les répliques que j’ai improvisées. Quand on improvise, c’est quelque chose qui naît avec le public, et c’est très difficile, presque impossible de répéter, de se rappeler exactement la même phrase, le même ton. Et donc il y a des acteurs à qui je dis « Toi, hier soir, tu as fait rire à cet endroit, alors souviens-toi, et refais-le ». Il ne le refait pas, et il vient me dire « Mais je l’ai dit pareil. – Écoute, tu vois, là ? Alors fixe-toi ça dans la tête. – Ah oui, merci » Parce que c’est très difficile de se souvenir du ton qu’on a donné, c’est une improvisation.



Citer ce billet
Laetitia Dumont-Lewi (2021, 8 février). Avec Franca Rame. Recherches sur Dario Fo et Franca Rame. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ngwh