Avec Dario Fo

Milan, 28 mai 2011

J’ai été présentée à Dario Fo et Franca Rame à la fin d’une journée d’étude organisée par Rosanna Brusegan à Vérone, le 16 mai 2011, jour du résultat du premier tour des élections municipales qui ont vu le retour de la gauche à la mairie de Milan – et aussi jour où on a appris l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York. Dario Fo et Franca Rame ont conclu la journée par un petit spectacle. Franca a joué Medea, Dario le Grammelot di Scapino et le Grammelot dell’avvocato inglese. .J’ai dîné avec l’ensemble des participants à la journée et Franca Rame m’a invitée à les rappeler pour prendre rendez-vous avec Dario. On m’a accordé un entretien de deux heures à Milan, au domicile de Dario Fo et Franca Rame, le 28 mai 2011, c’est-à-dire la veille du second tour des élections municipales. Auprès du couple travaillaient quatre jeunes assistants : Carolina Ricciulli, dont c’était le dernier jour, Luca Vittorio Toffolon, qui travaillait là depuis dix jours, Giacomo Muscolino, arrivé quelques jours auparavant, et Chiara Porro, dont c’était le premier jour et qui devait remplacer Carolina. Les assistants ont chacun une fonction particulière – Giacomo est peintre et assiste Dario pour les peintures, Luca est chargé des photographies et de leur manipulation à l’ordinateur, Chiara plus généralement du secrétariat – mais leurs activités vont toujours au-delà de ces spécialisations. Un système de roulement est organisé pour assurer leur présence sept jours sur sept.

Dario Fo – (à Chiara, en parlant de moi) Elle est en train d’écrire un livre sur notre théâtre. Sur le nôtre, ce n’est pas un pluriel de majesté, c’est parce que beaucoup de textes sont de Franca, d’aillleurs ce sont ceux qui ont eu le plus de succès : Una donna sola, Parliamo di donne, Sesso tanto per gradire, ce sont tous des textes qui ont été représentés dans le monde entier, par exemple Coppia aperta quasi spalancata.

Laetitia Dumont-Lewi – Oui, Coppia aperta est parmi les plus joués en France.

DF – Mais en France, ils nous ont mis aussi au programme pour l’enseignement, c’est ça ?

LDL – Oui, au programme des concours nationaux pour devenir professeur d’italien au collège et au lycée.

DF – En même temps que Boccace, on m’a dit. Tu sais que j’ai publié un livre sur Boccace ?

LDL – Oui, vous me l’avez offert à Vérone.

DF – Et il te plaît ?

LDL –Beaucoup.

DF – C’est surtout la découverte d’un auteur vraiment inconnu. On connaît deux ou trois nouvelles, mais pas tout ce qu’il a fait, et surtout la conscience de l’époque où il a vécu, absurde, paradoxale. Il est devenu adulte à Naples, à une époque comme celle-là, avec la fuite du Pape et de l’Église qui vont à Avignon, et puis l’atmosphère des guerres, les abus de quelques personnages affreux, du roi et du prince de Hongrie qui était le mari de la reine de Naples, l’un des royaumes les plus importants d’Italie à cette époque… Tout ça, on n’en parle jamais, d’habitude. Mais si on lit les textes avec attention, si on a averti les gens qui lisent de ce qui s’est passé, tout le contenu change complètement. Bref, c’est tout autre chose.

Tu as réussi à lire aussi les autres livres, comme par exemple Una vita all’improvvisa ?

LDL – Oui oui, je l’ai lu.

DF – Et aussi Manuale minimo dell’attore ?

LDL –Oui, bien sûr.

DF – Mais il a été traduit en France ?

LDL –Oui, il a été traduit par Valeria Tasca. Et lui aussi est au programme, depuis deux ans, du concours pour entrer dans les Écoles normales supérieures. Il est beaucoup lu en France.

DF – Indépendamment de la langue, donc. Bon on a fait une introduction.



Citer ce billet
Laetitia Dumont-Lewi (2021, 8 février). Avec Dario Fo. Recherches sur Dario Fo et Franca Rame. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ngwg