Entretiens

Les entretiens ici présentés ont été réalisés en 2011, alors que je menais mes recherches doctorales. J’ai rencontré Dario Fo grâce à l’intermédiaire de son collaborateur Mario Pirovano. Après de premiers contacts par courrier électronique et par téléphone, j’ai rencontré celui-ci pour la première fois le 30 avril 2011, à Padoue où il jouait des extraits de Vorrei morire anche stasera se dovessi pensare che non è servito a niente au Teatro Ruzante. Avant le spectacle, il m’a présenté l’une des spectatrices, Rosanna Brusegan, professeure de littérature médiévale française à l’université de Vérone, éditrice de la traduction italienne du fabliau qui a servi de base à Dario Fo pour son morceau La parpaja topola. Rosanna Brusegan organisait, quelques semaines plus tard, une journée d’étude sur Dario Fo et Franca Rame dans son établissement, où les deux auteurs-acteurs étaient attendus. À l’occasion de cette journée, Rosanna Brusegan et Mario Pirovano, qui accompagnait Dario et Franca, me les ont présentés, ce qui m’a permis d’obtenir un entretien à Milan peu de temps après.

Entre temps, j’avais aussi pu rencontrer Marina De Juli, pour un entretien à Cuasso al Monte, village où elle réside, le 2 mai 2011.

L’entretien avec Dario Fo a eu lieu chez lui, à Milan, le 28 mai 2011. Alors qu’on m’avait au départ proposé un entretien de deux heures avec le maestro, celui-ci m’a retenue à déjeuner, après quoi j’ai aussi pu m’entretenir avec Franca Rame.

J’ai revu et interrogé Mario Pirovano en Ombrie, chez lui, à Gubbio, le 23 juin 2011.

Tous les entretiens, ici traduits par mes soins, ont été réalisés en italien. J’ai procédé à des coupes dans les discussions, surtout dans celle avec Dario Fo, et dans une moindre mesure dans celle avec Franca Rame: j’ai supprimé les moments d’interruptions, les redondances, ainsi que les passages qu’il m’a été demandé de ne pas publier. L’oralité des échanges a été préservée, même si, dans le cas de l’entretien avec Dario Fo, j’ai modifié la syntaxe de plusieurs phrases afin de les rendre compréhensible à la lecture, car rares étaient les périodes achevées. J’ai conservé le caractère prolixe de ses interventions, mais pas ses nombreuses hésitations, dans la mesure où elles ne reflétaient que son état de fatigue (il peinait alors à se remettre d’une pneumonie) et non un mode d’expression habituel.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search